expérimentations

Publié le par anne au pays des girafes

Il y a près d'un mois que j'ai découvert le feutrage de laine cardée, et je bricole, je tâtonne, j'expérimente, tout ce que j'aime! Je continue de (tenter de) faire des chapeaux, parce que ce sont de petites pièces, et aussi hasardeux que soit le résultat le temps que j'y consacre reste raisonnable au regard des résultats obtenus... Premier constat: c'est difficile d'évaluer la taille! J'ai fait 5 chapeaux, celui qui était destiné à Juliette est à peu près à la bonne taille. Les autres sont immenses! J'apprends aussi à rester patiente, car une fois que la laine est bien feutrée, uniforme, passée à la vapeur d'un fer à repasser, il est difficile, voire impossible d'y raccorder des morceaux. Il faut donc laisser l'ensemble dans un état intermédiaire jusqu'à la fin, et il est donc difficile de se faire une idée précise du résultat. Comme si ça restait un brouillon jusqu'au bout. Ensuite, chaque zone "approximative" le devient encore plus après un passage dans l'eau très chaude. Alors même s'il est conseillé de ne laver qu'à l'eau froide, c'est une faiblesse sur laquelle je ne peux pas fermer les yeux. Quoi qu'il en soit, les chapeaux ce n'est qu'un support d'expériences. Parce que c'est un travail très précis, modeler des volumes non développables ne s'improvise pas, et surtout je découvre des textures et des matières qui me semblent très intéressantes pour travailler la lumière!Détail supplémentaire auquel j'attache de l'importance: je me fournis chez Pain d'épices, passage Jouffroy (j'en parle plus précisément ici). Eux mêmes proposent des laines provenant de divers fournisseurs. Et les couleurs les plus belles viennent toutes du Népal! Sachant que le papier népalais reste mon matériau de prédilection, de là à y voir une invitation pour un voyage auquel je n'avais jamais pensé, il n'y a qu'un pas que je franchis allégrement!

Publié dans textile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article