Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

arsenic et vieilles dentelles

Publié le par anne au pays des girafes

C'est tout à fait par hasard que j'ai trouvé une nouvelle voie pour mon travail. J'ai récupéré un énorme câble électrique, dont je voulais seulement utiliser les brins de cuivre qui se trouvaient à l'intérieur. Sept brins de cuivre sur 5 mètres, ça fait 35 mètres, au moins 5 ou 6 lampes, une véritable aubaine! Mais j'ai découvert entre les 2 gaines qui entouraient le cuivre un ruban de cuivre, d'environ 6 cm de large qui s'entortillait autour de la gaine intérieure. Je me suis immédiatement imaginée en train de découper au scalpel des dentelles de la même manière que ce que je fais avec le papier. Mais en creusant un peu le sujet, j'ai envisagé de tester la gravure à l'acide. Et une fois de plus j'ai improvisé en faisant marcher le bon sens plutôt qu'en suivant au pied de la lettre les procédures conseillées. Après tout, il s'agit de protéger le dessin qu'on veut conserver et de laisser à nu la matière qu'on veut voir attaquée par l'acide. Alors j'ai dessiné mes motifs avec de la peinture acrylique plutôt qu'avec un vernis à graver spécifique. J'ai utilisé pour ça un tire-ligne que ma maman m'avait acheté en 1986 pour la somme astronomique de 200 francs mais qui a fait ses preuves puisqu'il est toujours dans ma caisse à outils! J'ai ensuite recouvert le dos de mes morceaux de cuivre de ruban adhésif transparent plutôt que du même vernis à graver. Parce qu'il me fallait du vernis transparent pour le dos, afin de voir quand la matière avait totalement disparu, et du vernis sombre (au bitume par exemple) pour bien voir mes tracés. Puis j'ai mis le cuivre dans un bain de perchlorure de fer, qu'on trouve plutôt dans les boutiques de composants électroniques. Et j'ai attendu. Pendant que le perchlorure de fer faisait tout le travail ou presque!
Et voilà ce que le bain d'acide m'a donné. Une dentelle aussi fine que celle en papier, beaucoup plus facile à réaliser et bien plus solide pendant la manipulation. Et j'ai l'impression d'avoir ouvert une porte sur un monde riche et vaste, puisqu'une fois de plus par hasard j'ai tâché un torchon blanc avec le perchlorure de fer, et le résultat est magnifique! Pendant que j'écris, des papiers sont à leur tour immergés dans le perchlorure, on verra bien ce que ça donne!

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0