Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

au revoir, Joe Biscotte

Publié le par anne au pays des girafes

Voilà mon dernier travail. Oui, ceux qui suivent l'ont reconnu, c'est la réponse au fameux "mais qu'est-ce que c'est que ça?"  qui a donné lieu à de très jolies hypothèses ces dernières semaines. C'est un meuble-bar des années 70, trouvé dans la rue à Romilly sur Seine (c'est la 2ème plus grande ville de l'Aube, et vous n'y êtes jamais allé. Avec de la chance vous n'irez jamais. Oui, peut être qu'un jour il s'y est passé qu'on a pu y trouver un meuble-bar sur un trottoir, mais la probabilité que ça se reproduise est plus que douteuse). Mon souci, c'est que je ne parviens pas à bien le photographier. Il est vraiment joli mais je ne parviens pas à restituer la réalité. C'est aussi un détail de ce décor que j'ai proposé à l'éditeur de cartes postales joe biscotte et c'est ce soir ou demain que devait s'achever la période durant laquelle mon visuel était proposé aux votes. Mais pendant que j'écrivais ce billet je suis aller voir où ça en était j'ai lu ça. Forcément,je suis un peu déçue, parce que je cherche à toucher d'autres gens, à diversifier mon "public", et aussi parce que la démarche Joe Biscotte me plaisait bien, ressemblait à une manière de travailler qui me convient bien. Alors quand quelqu'un renonce, forcément c'est un peu décourageant...

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0

c'est plus ce que c'était...

Publié le par anne au pays des girafes

J'ai toujours adoré les animations des vitrines des grands magasins au moment de noël. J'attends la dernière semaine de décembre, parce je tiens à mon confort, très cher...Ça me plaît surtout lorsqu'il ne s'agit pas de jouets existants suspendus à des filins de nylon, qui remuent un bras par ci par là. Le grand bal de Barbie, par exemple, je ne vois pas trop l'intérêt. Par contre, quand les personnages sont créés pour la circonstance ça me fait vraiment rêver. J'imagine les esquisses des souris, des ours, des lapins, qui sont ensuite fabriqués en petite quantité, sans souci de rentabilité puisqu'ils ne seront pas à vendre. Pas besoin de penser aux normes de sécurité, parce qu'aucun enfant ne jouera avec. Pas besoin de faire des bestioles qui sont consensuelles parce qu'elles doivent plaire au plus grand nombre d'acheteurs (ELLES NE SONT PAS A VENDRE!!!). Il y a donc une plus grande liberté dans les matériaux, dans les formes. Cette année ça n'était pas vraiment le cas et j'ai été un petit peu déçue, même si les décors étaient intéressants. Mais il y a toujours un travail sur l'environnement sonore, par exemple une poursuite de lapins avec de temps en temps un "attendez moi!" qui retentissait. Ma copine Tsé m'a non seulement fait remarquer que tous les mômes ont répété "attendez moi!", mais que moi aussi, je l'ai répété... je vous le dis, que j'y suis sensible...
Un autre exemple de ce que j'aime bien: ici les personnages sont des  peluches pré-existantes, dommage, mais elles sont installées dans un décor très chouette,  un  arbre en tissu dans lequel est accroché un lit à barreaux, forcément sur mes photos on ne voit rien mais pour les parisiens c'est encore visible jusqu'à la fin de l'année. Pour les autres il faut me croire,  les branches de l'arbre se prolongent dans la rue, comme de grands bois de cerf fleuris qui sortent du mur! Peut être que je retournerai faire des photos. En plus, cette scénette en particulier est un nouvel hommage à mon Kiwi qui a travaillé pendant quelques semaines dans un élevage de poussins très particulier: un élevage destiné à produire des poussins/poules/poulets de compagnie! Ils ont tous un nom, et ceux qui sont un peu faibles sont amenés dans la maison du couple qui dirige tout ça. Alors KiwiManu trouvait des poussins dans le lavabo, dans son tiroir à chaussettes, sur sa tête au réveil. Il paraît que ça lui faisait penser à moi, merci! Les chats, on laisse les poussins tranquilles! Et je me suis resservi de cette histoire dans une impro où je travaillais dans une usine de volaille, après avoir étranglé un peu trop de poulets je m'enfuyais avec un camion, sauvais tous les poussins et les ramenais chez moi. Mon préféré, Spartacus, devenait tellement gros qu'il ne passait plus par la porte et... et... fallait être là! Par contre, je ne sais pas trop quoi penser de cette souris  dont le  boa est un petit peu mal placé, et chaque fois qu'elle lève les bras ça soulève sa jupe et révèle une culotte en dentelles du plus bel effet.  Vous croyez que c'est fait exprès? Vous croyez que c'est comme ça depuis 3 semaines sans que personne ne l'ai vu? Ça me trouble... Quant à ces amazones de l'espace, elles ont peut être un drôle de genre et elles font peut être de drôles de trucs, mais elles ont des jolis mouvements, et surtout elles ont été fabriquées exprès pour la vitrine!  P.S.: le tournage dont je parlais la semaine dernière, ça n'était pas tout à fait un tournage parmi d'autres! C'était le tournage du prochain Quentin Tarantino, qui s'appelera "Inglorious basterds". Et pendant que je m'enthousiasmais sur les décors, la reconstitution, l'ambiance, je ratais Brad Pitt... baarrrffff...

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

confusion

Publié le par anne au pays des girafes

Vendredi j'ai eu la chance de tomber en bas de chez moi sur un tournage assez spectaculaire: Paris sous l'occupation allemande! Le tournage occupait un carrefour entier, et c'était vraiment surréaliste de marcher au milieu d'officiers allemands attendant qu'on leur demande de traverser la rue dans un sens, puis dans l'autre, de jeunes femmes en chapeau et chaussures à semelles de bois, et de vendeuses des 4 saisons poussant leur charrette... il n'était pas autorisé de faire des photos, alors forcément les miennes ne sont pas aussi belles que je l'aurais espéré, mais c'est le quartier où je vis, je ne pouvais pas ne pas essayer de garder une trace de ce moment. J'ai toujours aimé le cinéma, ça a commencé lorsqu'à 7 ans, cachée sous une table à l'île d'Oleron, j'ai découvert "Certains l'aiment chaud". Malgré le niveau sonore que peuvent atteindre des adultes attablés, je savais à ce moment là que je venais de trouver un trésor. Donc j'ai toujours aimé le cinéma mais je n'ai jamais fantasmé sur ce milieu. J'ai quelquefois fait de la figuration (je me suis offert mon vélo chéri grâce au film "Jean Philippe", perdue au milieu du fan club de Johnny Hallyday. Avec de la chance eux aussi abusent de google, donc je ne dirai rien de plus, un lynchage  par mois ça suffit...) et je sais que c'est surtout beaucoup d'attente et beaucoup d'ennui. Mais là, la logistique était très impressionnante!  J'en ai été tellement impressionnée que je n'ai même pas demandé pour quel film c'était...La veille j'ai découvert rue Daguerre la maison d'Agnès Varda, dont les couleurs m'ont en-chantée. Pendant longtemps je l'ai connue surtout comme la femme de Jacques Demy, j'avais vu "Cléo de 5 à 7",  "l'une chante, l'autre pas", "murs murs", et j'avais aimé son travail et son esprit. Mais j'avais du mal  à connecter les univers de ces 2 là, la réalité brute de Varda et le coeur de midinette de Demy. Et puis il y a eu un tournant. Gabriel Levine m'avait beaucoup parlé des "Glaneurs et la glaneuse", alors j'y suis allée les yeux fermés. Yeux que j'ai rapidement ouverts sur cette femme entière, enthousiaste, humaine, aimante, vive, et qui par un seul plan sur ses mains m'a remplie de son amour pour "Jacques". En découvrant sa maison, j'ai eu la sensation de partager un morceau de temps et d'espace avec elle que j'admire tant et dont l'appétit de vivre est un exemple pour moi. Il y a une multitude de réalités qui s'entremêlent, et je suis heureuse d'y avoir accès parfois.

Publié dans humeur

Partager cet article

Repost 0

des promesses, encore des promesses...

Publié le par anne au pays des girafes



Depuis quelques temps, je vous montre surtout des ébauches de projets. Le secret, c'est que j'ai une double hernie discale, et que ça limite un petit peu mes activités. Mais le diagnostic officiel c'est que d'ici 3 semaines je pourrai de nouveau courir comme un lapin, sillonner Paris sur mon vélo, porter des meubles et fabriquer des trucs et des bidules au lieu de me contenter de faire des dessins, des photos et des collages. Alors peut être que c'est un un procédé un peu facile de photographier un matériau naturellement beau, mais je ne me lasse pas de la subtilité des nuances du papier népalais, de son velouté,  et je suis très reconnaissante (à qui, à quoi?) d'être encore émerveillée par mon matériau de prédilection. Est-ce que vous savez ce que signifie les noces de papier? C'est ce qui célèbre 37 ans de mariage! Si ça n'est pas une manière d'honorer ce matériau qu'on ne range pas spontanément dans la catégorie noble...
Donc, voilà la palette sur laquelle je travaille ces derniers jours, peut être plus classique et mélancolique que d'habitude, mais c'est ce dont j'ai envie en ce moment. A suivre (encore!)...

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0

frémissement

Publié le par anne au pays des girafes

Un de mes visuels vient d'être sélectionné sur joe biscotte! C'est ma deuxième tentative, et c'est vraiment gratifiant, encourageant, stimulant, et tout et tout, même si je ne dois pas oublier que c'est juste la 1ère étape. Maintenant il faut attendre le verdict des internautes, qui voteront (ou pas...) pour mon image pendant les 2 prochaines semaines. Si ça vous dit de me soutenir, bienvenue... De quel visuel s'agit-il, me direz vous? J'ai d'abord tenté la tueuse de lapin, qui s'est vue refouler par le physionomiste à l'entrée de la boite. Et ensuite j'ai proposé le détail d'un meuble qui a stimulé vos imaginations!: le "qu'est-ce que c'est que ce truc!" et qui a aussi retenu l'attention de ce joli site d'édition de cartes postales. Je remercie Eve chez qui j'ai découvert ce site, et maintenant je vais attendre sagement la suite.

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0

chatière d'intérieur pour un nid en ville

Publié le par anne au pays des girafes

J'adore mon appartement. J'y vis depuis plusieurs années et j'ai réussi à en faire un petit nid douillet, joyeux, accueillant, et aussi une vitrine pour mon travail. Mon mobilier change au gré de mes ventes, mon décor et mon organisation sont donc à géométrie variables. Pourtant depuis quelques mois j'étais un peu paralysée sur ce sujet. Mais grâce à l'aide et aux bras de mes copines Laëti, Tsé et Bassine, j'ai pris le problème à bras le corps il y a deux semaines et j'ai complètement transformé les circulations et dispositions de mon nid. Je rentrerai dans les détails au cours des semaine prochaines (ce qui me permettra sournoisement d'avoir des choses à raconter les jours où je n'aurai pas grand chose à raconter...). Mais aujourd'hui je place sous les projecteurs un détail rigolo: avec une dizaine de mes totems à cds j'ai monté un mur pour cloisonner un espace, et certaines des cases du bas étant encore vide les chats s'en servent comme d'une chatière, se poursuivant l'un l'autre  inlassablement, avec des changements de sens impromptus qui provoquent des "carambolages sous tunnel" assez hilarants. Et le soir, la tranche des boites de cds offre un effet lumineux très joli.

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0

nouvelle jeunesse

Publié le par anne au pays des girafes

Voilà le traitement de rajeunissement que j'ai offert à un petit meuble trouvé il y a plus d'un an rue Hermel. J'aime bien me souvenir de l'endroit de la rencontre. Il y a la chaise d'Antony, la chaise de Romainville, la table de nuit de l'hôtel de passe de la rue de la verrerie, la table de nuit art déco que je recouvre de dentelle en ce moment vient de Romilly sur Seine, etc...  La politique d'enlèvement des encombrants de la Ville de Paris a sans doute de bons côtés quant à la propreté des rues, mais pour moi c'est la disparition de jolies surprises. Quelle vision de cauchemar ce jour où, coincée dans un embouteillage dans la voiture de La Bassine, j'ai vu un camion benne broyer une armoire de style art déco, et broyer mon coeur d'esthète (hi hi hi!) dans le même temps... Hola! stop au sentimentalisme. Il y aura toujours les "monstres" en province, et je peux compter sur le mauvais esprit des parisiens pour continuer à balancer nuitamment leurs vieilleries. Quoi qu'il en soit, cette vieillerie de la rue Hermel a trouvé sa place dans ma salle de bains en attendant de trouver une famille d'accueil, et obtenu l'approbation de Diling.

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0

en cours, encore

Publié le par anne au pays des girafes

...et ça risque de durer encore un moment, cet "en cours". Parce qu'une fois de plus je me suis lancée dans un ouvrage déraisonnable, et en plus j'aime ça! Sinon, puisque mes nouveaux "amis" de siapp.com rodent toujours autour de mon blog qu'ils trouvent pourtant si nase, j'ai réussi l'examen du ssiap 2, merci. Allez, je retourne découper quelques cm² de dentelle...

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0

gros plan

Publié le par anne au pays des girafes


"Mais qu'est-ce que c'est que ça?", me direz vous? Et bien je continue de travailler pendant la formation, mais à l'heure où je rentre, il fait nuit. Donc, pas de photos possibles de mes derniers travaux, en tout cas pas avant samedi. Il faudra se contenter de ce détail, et imaginer. Et, pourquoi pas, me raconter... non?
La formation est toujours aussi peu en adéquation avec mes attentes, mais puisque j'y suis autant faire ça bien. Et j'ai toujours plaisir à apprendre, quel que soit le sujet. Allez, je vais réviser un peu...

Publié dans création

Partager cet article

Repost 0